Cadre Origami

Cadre Origami
DIY: un cadre origami

Recharge 17/18

Recharge 17/18
Recharge personal 2017/18

Silhouette Portrait: 8 idées créatives

Silhouette Portrait: 8 idées créatives
Silhouette: 8 idées créatives

Vis ma vie de prof



On y est, l'année est terminée, c'est les vacances !!!
Et devinez quoi? Sont de nouveau venues à mes oreilles les fameuses rengaines sur les profs! On ne nous rate jamais, et j'ai encore une fois entendu les traditionnels:


"Ah ça y est, tu vas être en vacances pendant 2 mois, et payée! Quelle honte, vous êtes bien des fonctionnaires!"
"Vive les vacances! Bah ça te change pas trop de votre quotidien, tu travailles quoi...18h? T'es déjà en vacances toute l'année, prof c'est le club med!"
"Oui t'es en vacances...Fin prof de toute façon, c'est pas un métier, c'est une vocation donc pour vous c'est du plaisir, c'est un peu loisirs et vacances toute l'année! 

Et je vous passe les autres remarques comme quoi je suis une bourgeoise parce que je suis prof, comme quoi je devrais tout faire à la maison à la place de mon compagnon car je n'ai pas un travail fatigant et qu'en plus je ne fais pas beaucoup d'heures...

Pourquoi?


Pourquoi tant de jugement? Pourquoi si peu de considération pour les gens à qui, il faut bien le dire, l'on confie nos enfants quasiment toute la journée? Les remarques, si bêtes soient-elles, me passent par dessus la tête par moments: j'ai la vie que je me suis construite, vous aussi, donc si l'on est pas contents, tant pis!

Mais parfois, cela me brûle de hurler la vérité et de mettre les gens dans mes baskets. C'est ce que j'aimerais vous faire vivre aujourd'hui à travers cet article. Attention, je ne compte pas me plaindre: j'aime ma vie, et j'aime mon métier. Je l'ai mûrement choisi, j'ai travaillé dur pendant 6 ans pour y arriver, et je ne regrette rien. Mais j'aimerais remettre l'église au milieu du village et vous montrer que les préjugés de la société sont souvent infondés. 

Les profs sont de gros fainéants.


Ils ne font que 18h par semaine. Ils terminent tous les jours à 16h, voire 15h30. Ils ont plein de vacances. Ils ne font rien pour nos enfants, quand les cours sont préparés ils les réutilisent pendant 15 ans.

FAUX.

18h par semaine?

Nous travaillons EN CLASSE devant les élèves 18h par semaine, oui. Mais à côté vient ce qu'on appelle le travail invisible: toutes les copies à corriger, les cours à préparer, la paperasse à faire (autorisations de sortie, dossiers d'orientation, bulletins), les salles à ranger ou à préparer selon les activités, et j'en oublie encore. Vous vous dites que c'est occasionnel? Que nenni! C'est régulier. Si l'on compte tout cela, on arrive facilement à plus que les 35h habituelles de monsieur et madame tout le monde. Ah, et je ne vous ai pas parlé des élèves handicapés, dyslexiques et autistes à qui il faut préparer du travail adapté, car les sections spécialisées sont débordées et ne peuvent plus les accueillir.

Finir à 16h?

Ca, c'est le plus gros canular du siècle. Les emplois du temps sont très difficiles à faire, et sont souvent de véritables gruyères. Cette année j'étais au collège de 8h à 17h, tous les jours. Et quand 17 heures sonnent, on ne rentre pas chez nous. On reste pour aller prévenir les collègues d'incidents avec un élève, on prépare notre salle pour le lendemain, on continue à préparer les cours ou à corriger.

Oui, enfin tout ça c'est compensé par les vacances.

Concrètement, on a en général 15 jours de petites vacances. Cela va vous paraître étrange, mais pendant une semaine on est en vacances, et pendant l'autre on travaille car on ne cesse jamais de perfectionner ses cours. On a beau être en vacances, nous réfléchissons pédagogie. On a beau être en maillot de bain, il nous suffit de voir une brochure, un poster, ou un autre support pour que l'on se dise "ah tiens, ce serait super pour mes élèves, on pourrait monter un projet avec ça.." (je ne vous dis pas la tête de mon chéri quand, en voyage, j'ai exigé un détour par l'office de tourisme pour ramener dépliants, cartes et menus exploitables en classe)

Oui, mais ça c'est que les premières années. Quand vos cours sont prêts, vous les ré-utilisez à vie!

Ca semble bizarre, et cela choque à chaque fois que je le dis: NON. Les enfants d'il y a 10 ans ne sont pas ceux que nous avons en ce moment en classe. C'est une autre génération, ils envisagent le monde d'une manière différente, et nous devons nous adapter afin de les intéresser un maximum. En plus, la plupart du temps ce que l'on a fait ne nous satisfait pas entièrement. On retravaille, on remanie, pour avoir quelque chose qui nous plaise au maximum. On prévoit plein de séquences différentes car on ne veut pas ennuyer les redoublants. Et un jour, on se lasse, on décide de faire autre chose et de tout re-créer.

Les profs, ces riches et leurs 2 mois de vacances payés!

Je reste mitigée sur ce genre de remarque. On aborde THE sujet tabou.

Venant d'un milieu modeste, je suis très satisfaite de la qualité de vie que j'ai obtenue avec mon métier. Cette profession rassure pour les banques, les logements et autres démarches administratives donc tout nous est facilité. La plupart des gens nous jalousent et ne trouvent pas cela normal, au lieu de se dire que ce système devrait s'appliquer à tout le monde. Mais ça, c'est autre chose. 

Pour ce qui est du salaire, je pense que personne ne se rend compte du peu de considération qu'il reflète, en plus des remarques que l'on entend constamment comme quoi on ne le mérite pas, vu qu'on ne fait pas grand chose. 

1) Il faut savoir que vu toutes les lois différentes successives, beaucoup de professeurs ne sont pas traités sur un pied d'égalité en terme de salaire. Certains ont commencé à 1100€, d'autres à 1300€, et si je ne me trompe pas, avec beaucoup de chance, à 1700€. Sans compter le hasard des inspections qui selon le timing joue considérablement pour l'avancement de carrière. Pour un même concours et cursus de formation, on a donc des salaires différents. Ega-quoi? Egalité? Ahahah.

2) Je vous ai donné quelques chiffres ci-dessus. Il faut savoir qu'un professeur doit avoir un bac+5 désormais, que pour les profs de langues, une année à l'étranger en plus c'est encore mieux. Dans ce parcours du combattant, on compte aussi mémoire disciplinaire ET mémoire professionnel, stages, formations à répétitions, inspections, mutations. Je ne sais pas vous, mais je ne connais pas beaucoup de bac+5 qui accepteraient de débuter à un tel salaire avec tout ce ramdam. J'ai été particulièrement choquée d'apprendre que les néo-profs des derniers CAPES commenceraient à 1300€, soit à peine 200€ de plus que le Smic. Ajoutez-ça aux loyers parisiens si vous êtes mutés là-bas...Il est beau le train de vie des profs ultra riches, non?


3) Je vais détruire le fantasme le plus courant: nous ne sommes pas payés pendant les vacances!! Notre salaire vaut pour 10 mois, mais est étalé sur 12, car on continue à vivre et à payer notre loyer en été.

ERRATUM:
Je me rends compte que cet argument est mal formulé. Dans les textes, il n'est fait nulle part mention d'un paiement sur 10 mois pour 12. On est bel et bien payés sur 12 mois, mais selon la grille indiciaire qui vaut pour tous les fonctionnaires de catégorie A. Notre indice de salaire est donc le même que pour les autres! Dans cet indice sont calculés les congés, les RTT, et j'en passe...Qui sont annualisés, et donc comptabilisés. Vous allez me dire que du coup, on touche la même chose qu'un fonctionnaire lambda, avec plus de vacances. Je ne vous contredirai pas, mais je vous rappelle ce que j'ai dit plus haut: on ne passe pas nos vacances à rien faire. Et dans d'anciens décrets remontant à 1946,1948 et 1950 qui ont été abrogés, il avait été calculé qu'une heure de cours valait 1h30 de préparation, ce qui nous donnait au total 45 heures de travail. Ce décret a beau avoir été abrogé, les quotas représentent ma réalité quotidienne. Donc on peut dire qu'on est payés comme tout le monde.

C'est un métier pratique pour la vie de famille!

Oui et non...Oui pour le rythme qui concorde à celui des enfants..Non car beaucoup de facteurs entrent en jeu: l'emploi du temps, les mutations, le travail ramené à la maison...


On gère soi-même son emploi du temps, donc ça nous appartient. Par contre, on ne décide pas d'où l'on va travailler. Les mutations sont extrêmement complexes, et pour certaines matières certains profs se retrouvent contraints de prendre un 2e appartement, et parfois d'être séparés de leur famille. Cela implique un impact financier énorme! Moi-même j'ai peur d'avoir du mal à me "poser" pour avoir un rythme plus serein pour construire une vie de famille.

Les profs sont ...

Pour conclure, je dirais que les profs sont ce qu'on en fait, comme tout le monde en fait! Non considérés, ils se plaindront et petit à petit, délaisseront ce travail qu'on ne reconnaît pas. Encouragés, ils seront sûrement plus enclins à progresser et à donner le maximum.

Prof, c'est un métier multi-casquettes, car tellement humain! Nous sommes tour à tour professeur,  chef d'orchestre, éducateur, psychologue de comptoir, confident(e)s, coach en confiance en soi, assistant(e) social(e), et j'en oublie tellement...Cela demande beaucoup d'énergie et de force mentale. 

J'ai été profondément choquée et blessée par toutes les remarques que j'ai pu entendre lorsque j'ai entamé cette carrière, surtout lorsque l'on est de l'autre côté de la barrière, et à deux doigts de craquer car l'on a l'impression de ne pas en faire assez, ou d'avoir entre les mains une trop lourde responsabilité.


A contrario, je suis tombée sur des parents reconnaissants, admiratifs de la progression de leurs enfants, compréhensifs face à nos difficultés, et toujours prêts à nous encourager ou à travailler en collaboration avec nous. Beaucoup de gens compatissent également, en nous trouvant courageux de faire de tels efforts avec cette nouvelles génération qu'ils trouvent parfois difficile. Et évidemment, il y a les élèves, qui remercient, qui donnent un maximum et reflètent tout ce pourquoi l'on a choisi ce métier. L'on tombe aussi sur des collègues formidables, qui s'investissent à fond, et qui parfois se transforment en 2e famille, si l'on a la chance de gagner à la loterie des super établissements. 

Pour eux, je tire mon chapeau, car ils sont admirables.


Et vous, qu'en pensez-vous?
Avez-vous un métier très décrié?

A bientôt!


8 commentaires

  1. A la rentrée je rentre dans l'éducation nationale moi aussi mais en tant que professeur des écoles. J'ai tellement hâte!
    La remarque que j'entends le plus c'est "Je ne pourrai pas faire ce que tu fais, travailler avec les enfants... déjà que deux c'est dur!" mais elle est souvent prononcée par la même personne qui disait juste avant "les profs sont tout le temps en vacances" ou "à 16h tu as fini, c'est tranquille" !!! Véridique!!
    L’incompréhension des gens pour la répartition du salaire sur l'année est toujours un grand moment.
    Je ne suis même pas encore prof que je subis déjà les remarques sur ce métier. Mais je n'écoute pas, je laisse couler car l'important c'est l'idée que je me fais de ce métier car c'est moi qui pratique.
    Bonnes vacances Super Professeur Caroline!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était pareil pour moi ;) Je laisse couler aussi en souriant, en laissant les gens dans leur délire. Ils découvrent la réalité quand je refuse une invitation car "j'ai trop de travail", ou quand ils me demandent où en sont mes mutations et trouvent cela ingérable de ne pas savoir où l'on va vivre et travailler. Mais là, cet article me brûlait, cela fait deux semaines que je le prépare. Le déclencheur a été un message me demandant, le plus sérieusement du monde, comment faire pour devenir prof car on cherchait un métier plus tranquille que dans le privé, et que prof c'était une ballade. Je n'en veux pas à la personne, elle ignorait sincèrement la réalité et ne connaissait que les préjugés et ce qu'on lui avait dit. Et cela m'a "tuée" de constater que les préjugés, les blagues...Se transforment en vérité pour ceux à qui l'on ne cesse de les répéter.

      Supprimer
  2. Bien parlé ! J’ai pas mal d’ami(e)s jeunes profs ou profs en devenir donc j’ai une petite fenêtre sur le monde de l’éducation. Courage les copaiiiiiins ! =D
    Et surtout je comprend tout à fait, il y a pas mal de similitudes.
    Je suis thésarde en astrophysique, on s’en prend des belles de remarques aussi. « Mais ça sert à quoi ce que tu fais ? A rien non ? Et puis faire une thèse c’est pas un vrai travail quoi… et t’es payée en plus ?! Tranquille la vie ! », pour faire court.
    Je fais les horaires que je veux mais je bosse le soir/la nuit et aussi en vacances car la thèse est toujours présente. Il suffit que j’ai mon ordi pas loin pour commencer à tapoter du code pour avancer ma thèse.
    Mais les gens se rendent pas compte à quel point ça peut être stressant entre les rapports à finir, la physique à faire avancer, toutes les notions/connaissances inconnues à savoir et comprendre sans compter la pression qu’on se met nous-mêmes, le fait de pas savoir si on aura un avenir dans le métier entre la thèse, les post-doc (—> déménagements), et puis trouver un poste permanent qui arrivera pas avant les 30ans.
    Malgré tout cela ma thèse est l’amouuuuur de ma vie <3 et je m’éclate dans le milieu de la recherche et j’espère que ça va continuer =)
    Et bonnes vacances à toi =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme je te comprends! Les critiques sont d'autant plus dures que le métier dans la recherche est aléatoire et instable! Courage à toi, éclate-toi, ils ne savent pas de quoi ils parlent!!

      Supprimer
  3. Super Article Caro !! Je pense tout comme toi bien sûr, même si je suis prof primaire et j'en doute pas les corrections et préparations sont un tout petits moins laborieuses que les tiennes ! Moi avec les petits c'est du bouffage d'énergie dans la journée ( maîtresse par ci, maîtresse par là.. dit 5 fois à la suite au cas où j'aurai pas entendu !!) mais comme tu dis les enfants nous rendent bien ce qu'on leur donne et ça .. ça n'a pas de prix !! ^^

    Les gens qui nous taquinent avec ça moi je dis qui sont jaloux c'est tout ! Et je leur dis souvent que s'ils veulent venir voir ce que c'est une journée en classe mais y a pas de soucis ! Voir qu'on est pas juste assis au bureau à corriger et à hurler des "chutttt" ( qui fonctionne pas soit dit en passant ! =))

    J'adore aussi ce que je fais, j'ai toujours eu ce métier en tête et malgré que oui ça devient difficile avec les générations qui arrivent ben tant pis.. on s'adapte et on devient éducateur en même temps !

    Merci pour ton article !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marine! A l'inverse tu vois je trouve votre boulot plus fatigant car vous ne préparez pas juste UNE matière, vous préparez tout et il faut tenir toute la journée, 5 jours sur 7! Sans compter l'énergie constante que cela demande comme tu l'as mentionné! Je suis ravie que mon article te plaise, et tu es une maîtresse qui rockssss <3

      Supprimer
  4. As(-tu parlé des copies, des examens blancs, des examens, des rattrapages ? Et les oraux ? Bref...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire un article clair et concis, je ne pouvais pas tout dire ;) j'ai évoqué la chose lorsque je parle du travail invisible, et encore même en l'évoquant les gens se rendent difficilement compte de ce que c'est, ils s'imaginent que l'on corrige 3 copies et basta ^^

      Supprimer

Merci de votre visite <3